Archives de Tag: Logement

LE PHARE N° 134

Capture d_écran 2018-06-15 à 20.58.31

Publicités

PERSONNES SANS LOGEMENT, LOGEMENT SANS PERSONNES

RDH CE LOGEMENT EST SANS PERSONNE ALORS QU'IL Y A DES PERSONNES SANS LOGEMENT

Dans l’antre du parlement bruxellois

BRUXELLES-VILLE

Dans l’antre du parlement bruxellois, le Syndicat des locataires invite à la réflexion Douze artistes pour le droit à l’habitat

ALAIN GERARD

(Page 16 du Soir)

Lundi 13 novembre 2000

BRUXELLES-VILLE Dans l’antre du parlement bruxellois, le Syndicat des locataires invite à la réflexion Douze artistes pour le droit à l’habitat

Des peintres, des sculpteurs et des photographes exposent au siège du parlement bruxellois. Leur revendication: le droit à l’habitat pour tous.

Je crois que c’est important de mettre un peu de délire dans la ville. Déjà que c’est pas tous les jours soleil. Alors, si en plus t’as pas de toit sous lequel t’abriter, c’est galère… Julien Wattiez, 18 ans, un diplôme d’arts et techniques visuelles appliquées à la photographie en poche, ne voit pas la ville comme tout le monde. Son Bruxelles à lui, ce sont des vaches en train de brouter sur la Grand-Place, c’est un ovni luminescent survolant les Marolles ou l’Atomium soudainement revêtu de décorations de Noël en plein été. Un Bruxelles côté photos numériques recomposées à l’ordinateur, que le jeune photographe invite à découvrir de toute urgence au parlement bruxellois (1). De toute urgence parce que l’exposition à laquelle lui et une dizaine d’autres artistes (peintres, sculpteurs et photographes) participent a pour objectif d’attirer l’attention sur un des droits essentiels du citoyen: le droit à l’habitat.

Quand le Syndicat des locataires m’a proposé de participer à cette expo, poursuit Julien Wattiez, j’ai pas hésité une seconde. C’était pour moi l’occasion d’exposer mes photos pour la première fois. Et, en plus, j’avais la chance extraordinaire de le faire dans un endroit pas banal. Le plus simplement du monde, le jeune artiste explique aussi qu’en ce qui le concerne, c’est normal d’aider les gens en difficulté. Comme ça devrait être normal que chacun ait un toit pour se loger…

C’est précisément parce que ce droit est loin d’être une évidence pour certains Bruxellois, que le Syndicat des locataires, soutenu par le bureau du parlement régional, a eu l’idée de monter cette exposition. Au total, une cinquantaine d’oeuvres «Pour le droit à l’habitat» accrochées aux cimaises du parlement. En moyenne, tant au niveau du logement social que privé , confie José Garcia, responsable pour le Syndicat des locataires, nous sommes confrontés à deux, trois expulsions par mois. Plus tous les autres problèmes liés à la location d’un «chez-soi» comme les non-paiements de loyer, l’insalubrité ou l’exiguïté de certains logements, le manque chronique d’offre, etc. D’un autre côté , explique encore José Garcia, il y a le fait que cela se passe trop souvent dans l’indifférence des décideurs.

FAIRE ÉVOLUER LA LÉGISLATION

D’où, l’idée de réunir des artistes pour une exposition destinée à attirer l’attention du public mais également des politiques. Au-delà de cette conscientisation, le Syndicat des locataires espère aussi faire évoluer la législation en matière de droit à l’habitat: En effet, ponctue José Garcia, si ce droit est reconnu par la Constitution, il n’a pas d’effet direct puisqu’il n’y a pas de loi pour le mettre en pratique. Et pourtant, son libellé pourrait en être simple: «Pas d’expulsion sans relogement»!

Pour le Syndicat des locataires, une telle loi (au niveau fédéral), alliée à un «permis locatif» (délivré par la Région, ce permis serait une sorte de certificat de conformité indispensable pour pouvoir louer un logement), permettrait d’entrevoir un début de solution au problème des expulsions: Peut-être que notre exposition ouvrira les yeux à certains…

ALAIN GERARD

(1) Du samedi 18 novembre au jeudi 30 novembre inclus, tous les jours de 10 à 16 heures (69 rue du Lombard, 1000 Bruxelles).

Renseignements: 02/524.42.03.